tao blog: pour le feng shui et la philosophie taoïste

tao blog: pour le feng shui et la philosophie taoïste

Hommes et Terre en surchauffe?

surchauffe terre.jpg
Ce n’est pas un scoop. Nous connaissons depuis l’ère de l’industrialisation une accélération de la croissance, du progrès technologique et scientifique. Ces dernières décennies, cette accélération s’est encore intensifiée, et a largement débordé la sphère occidentale pour « contaminer » toute la planète.

 

Comme je l’avais déjà évoqué lors de précédents articles, les valeurs promues par notre société influent fortement sur notre rapport au temps, notre conception dualiste de l’existence, et dans tous les domaines on a définitivement promu les valeurs Yang : action, création,  rapidité, mouvement…

 

Pour les personnes qui ont besoin d’explications sur le Yin/ Yang, je vous invite à lire cet article.

 

Il semble que l’avènement des NTIC et de l’ultra connectivité permanente nous aient finalement fait sombrer dans une caricature de monde dominé par le Yang. Dans les années 80, l’image de la « working girl », la femme battante, toujours débordée semblait montrer le chemin de la réussite et de l’espoir à toutes les femmes. Avec le recul, on voit aisément que ce profil de femme a simplement singé le monde qui existait déjà, et qui était exclusivement aux mains des hommes. Elles n’y ont pas apporté leur touche : pas plus de douceur, de flexibilité ou d’empathie, elles sont devenues bien souvent plus dures que les hommes pour faire leur place. Tout ceci ne poserait pas de problème si les femmes avaient le choix, car ces valeurs en soi ne sont pas nécessairement négatives et certaines femmes portent davantage de Yang que d’autres hommes. Cela devient un problème lorsque ce mode de fonctionnement devient la norme, car il contraint tout le monde, hommes comme femmes, à vivre sur un mode Yang en permanence, avec un léger ralentissement pendant les vacances. Et encore : durant son temps libre, il est plus valorisé de « faire » quelque chose, que simplement d’être. Les personnes « posées » sont bien souvent jugées négativement, car être posé est un signal Yin, donc… pas performant ! Ce qui est un paradoxe énorme quand on comprend que c’est dans les temps d’arrêt qu’on gagne bien souvent (temps, réflexion, intégration des connaissances, etc.). Il ne se passe pas une semaine où je dis à ma fille très vive: « prends ton temps : tu en gagneras ! Si tu vas trop vite, tu en perdras ». Ce discours est en décalage avec notre société...

 

Car bien-sûr, nous retrouvons ces valeurs dans le monde de l’éducation : il faut déjà savoir lire et écrire à l’entrée au CP, même si personne ne s’interroge sur le fait que 40% d’élèves ne le sachent pas à l’entrée en 6èmeLes méthodes d’apprentissages favorisent l’acquisition non pas durable mais rapide (encore une caractéristique Yang), allant à l’encontre de bien des enfants, qui, ne suivant pas, sont invités par les enseignants à "consulter",  et se retrouvent diagnostiqués DYS (troubles d’apprentissage) ou TDAH (trouble de l’attention/ Hyperactivité). Allez, petit coup de gueule au passage : pour les enfants qui ont besoin de temps, c’est terminé à partir de cette année : le redoublement est maintenant interdit ! Tant pis pour eux, il faut accélérer.

 métro boulot dodo.jpg

Regardons avec un peu de hauteur comment on vit : en état de surchauffe quasi permanent, y compris l’hiver ! Comble du paradoxe, l’été, on ralentit, on se repose, alors que c’est là où nous sommes physiologiquement les plus boostés ; et les saisons où l’on doit ralentir, et bien on fait l’inverse : on accélère ! Entre décembre et février, on devrait dormir plus, bouger moins, ralentir et réfléchir. Ce n’est pas vraiment le cas en entreprise. Et à l’école aussi… Le 2ème trimestre cette année s’étend pour mon fils de fin décembre au 13 février. Il faut carburer pour emmagasiner assez de notes !

 

Mais pour pouvoir faire ce constat, il faut déjà ralentir, n’est-ce pas ? C’est déjà là que réside la première difficulté. Prendre le temps de s’asseoir sur le bord de la berge, regarder les autres courir et s’interroger.

 

Nous sommes tous dans le même navire, entraînés dans un rythme dont nous ne nous rappelons plus qui l’a initié, ni pourquoi, et qui s’auto-nourrit.

 


Certains le suivent sans se poser de question, d’autres essaient de trouver le leur sans forcément que cela leur soit possible, et d’autres encore choisissent de vivre à leur rythme mais ce faisant, se marginalisent.

 

Les conséquences sont dramatiques à tous les niveaux : qui est capable d’avoir une vision à long terme aujourd’hui, caractéristique YIN, que ce soit en entreprise ou en politique ? Ceux qui l’ont sont peu écoutés. Des philosophes, des sages… Bref des inactifs, des hurluberlus…  Les dirigeants, eux, l’ont très rarement et n’ont pas forcément la latidude de l’appliquer.

 

Nous vivons dans un état généralisé de surchauffe : les grands maux de notre époque sont le surmenage, le manque de temps et le fameux burn out, qui nous consume de l’intérieur…

On brûle : c’est un excès de Yang !

 

Et notre Terre ? Elle entre en résonance avec cette surchauffe globale: le réchauffement climatique.

 b_1_q_0_p_0_017.jpg

J'ai longtemps pensé que la Terre se réchauffait, tout comme n'importe quel organsime vivant complexe: pour réagir à un virus ou une infection, augmenter sa température permet de l'éliminer.

 

Peut-être la Terre se met-elle tout simplement au diapason de l'espèce qui est présente partout et contrôle toutes les autres: elle accélère, elle s'échauffe, elle tourne en boucle dans le mode Yang. Peut-être n'a-t-elle même pas le choix, et tant pis pour les dommages colatéraux...

 

Les conséquences ? Regardez cet hiver : pas de temps froid, d’immobilité et de germination. Les arbres sont en bourgeons, parfois même en fleurs, les oiseaux chantent comme en été… A contrario, un équilibre se recrée de force avec des vagues de froid intenses et soudains, excessifs là aussi, dans d'autres parties du globe. Ce sera aussi des inondations violentes. Tout ceci demeure sur un rythme brutal propre au Yang.

Mais la nature a besoin de repos. Tout comme nous.

Où cela va-t-il nous mener ?

 

Chasser le Yin, imposer le Yang, c’est sortir du tao, c’est-à-dire aller vers le chaos,

A moins d’un retour volontaire à un équilibre (qui est la voie des transformations profondes de vie : modifier globalement nos modes de consommation, de travail, d’éducation…), notre planète et ses habitants le rétabliront coûte que coûte (cataclysmes, révolutions…).

 



29/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 236 autres membres