tao blog: pour le feng shui et la philosophie taoïste

tao blog: pour le feng shui et la philosophie taoïste

Le Feng Shui: effet de mode ou tendance durable?

pissenlit_vole.jpg

Le Feng Shui, vous connaissez? Cela fait plus de vingt ans qu’on en entend parler en France, quinze ans qu’il partage ma vie. Je ne vais pas encore une fois reparler de ses éternelles définitions, de ses bienfaits évidents et de ses diverses utilisations.

Je m’interroge pourtant : cette discipline a traversé les millénaires, ce n’est donc pas sans raison, elle doit bien avoir fait ses preuves pour perdurer aussi longtemps. Si vous n’avez pas envie de vous laisser tenter par cet art « exotique », sachez que le Feng Shui fait aussi tout simplement écho à nos propres traditions en matière de construction, il n’y a pas si longtemps que cela. Vous savez : quand l’architecte pensait à orienter son habitation en fonction du climat (sec, humide,  vent, variations de températures…) et du sol (bosses, collines, cours d’eau, extérieurs et souterrain etc.). Bref, quand il tenait compte de son environnement. Ce « bon sens paysan » qui semble un peu oublié parfois et qui fait dire d’ailleurs à certains praticiens Feng Shui que le meilleur pour vous est de dormir la tête dans le placard et les pieds sur la fenêtre, sous peine de catastrophes imminentes dans vos vies.

Alors, pourquoi, grâce à ce potentiel entre nos mains, le Feng Shui n’explose-t-il pas en France ? (la réponse est peut-être en partie dans ma remarque précédente…). Il n’est plus réservé aux élites, comme c’était le cas pendant des siècles en Chine. Il est à la portée de tous.

 

Le Feng Shui, la porte d'entrée de la connaissance de soi

 

porte_lumiere.jpg
 Certes, il suscite un intérêt passager chez beaucoup. Il est un peu le point de passage obligé pour beaucoup sur le chemin du « développement personnel » (encore une expression très à la mode),  il est une aide précieuse en tant que miroir. Grâce à l’analyse de son lieu de vie, on en apprend indéniablement beaucoup sur soi-même et sur ce qu’on vit. Il nous ramène à des règles de vie pleines de bon sens, qu’on peut oublier lorsqu’on est trop pris par son quotidien et qui sont assez faciles à résumer: on dort mieux quand on a un lieu fait pour dormir, on mange mieux quand on a un endroit dédié pour cuisiner et pour manger, de même qu’on travaille mieux quand on a un espace propre à son travail. Et si l’on partage son habitation à plusieurs, on veille à ce que chacun ait son espace.

 

Malgré tout, je ne peux que constater qu’à part quelques irréductibles, une fois l’analyse faite, peu s’y fixent  véritablement. C’est comme un phénomène de mode : « j’ai mon analyse Feng shui, ça y est, je peux passer à autre chose ». Il est vrai que ce n’est pas un comportement spécifique au Feng Shui et que notre société nous conditionne à zapper d’un sujet à l’autre. Je vais visiter régulièrement le salon zen et l’abondance de l’offre du développement personnel me procure la même sensation de nausées que le rayon de yaourts d’un supermarché : où est le yaourt basique nature et sans sucre ? Non pas que je déplore qu’il y ait ce choix, c’est juste qu’il est difficile d’une part de s’y retrouver, d’autre part de rester concentré sur un sujet et de l’approfondir. Grande est la tentation, pour celui qui veut « progresser » de s’essayer à combiner différentes méthodes, ce qui a le travers de n’en approfondir véritablement aucune.

 

Pour autant, peut-on dire que le Feng Shui à lui seul suffit ? Tout dépend de son caractère, mais j’aurai tendance à répondre non malgré tout. Le Feng Shui, en tant que miroir de soi-même, mais miroir extérieur à soi, est une façon de mettre le pied en douceur dans la porte de ses parts d’ombre. Ensuite, il faut être particulièrement fort et lucide pour les affronter sans autre support.

Pour moi, il y a tout dans le "kit chinois" : du ba zi au yi jing, en passant par la médecine traditionnelle chinoise ou le qi gong. Cette voie « 100% taoïste » a l’avantage de pouvoir approfondir son feng shui au fil du temps, cependant, c’est une culture très éloignée de la nôtre, et c’est pourquoi il peut être plus facile d’aborder d’autres techniques.

Voilà donc une des grandes limites du développement du Feng Shui en occident : pour le comprendre et l’exploiter de façon optimale, il faut plonger dans un univers entièrement différent et s’en imprégner au travers de quantités d’expériences durant des années. Sans cela, on n’en comprend que des bribes, on se méprend sur ce qu’il est. Et on finit par le mettre dans un placard. On ne peut s’attendre à convertir beaucoup de personnes à une autre culture que la leur, ce qui est tout à fait normal !

Reconnaissons-lui malgré tout le mérite de nous inviter à poser un autre regard sur notre environnement, tel « le pendu » du tarot : si l’on voit les choses dans une position inhabituelle, il en sortira nécessairement matière à réflexion !

 



27/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 236 autres membres