tao blog: pour le feng shui et la philosophie taoïste

tao blog: pour le feng shui et la philosophie taoïste

Soyez serein, la Terre veille sur vous…

Et si les éléments chinois pouvaient parler, que diraient-ils ? Je vous propose une série de cinq articles, faisant parler à tous de rôle les éléments. Ceci est une approche ludique pour vous faire sentir ce qu’ils sont, ce qu’ils contiennent. J’ai eu cette idée un jour en lisant cette petite phrase humoristique : « si tu tombes, je serai toujours là. Signé le sol ». Petit clin d’œil à notre mère à tous, la Terre.

 

femme_terre.jpg

Bienvenue, bienvenue à tous. Je vous accueille auprès de moi. Venez me retrouver dans mon univers douillet, je créerai pour vous un cocon moelleux et tout en rondeurs, mon ambiance feutrée vous apaisera. Mes douces couleurs, du jaune au marron, en passant par l’ocre ou le rose pastel vous ancreront efficacement. Dans ma demeure, vous garderez les pieds sur terre, mes valeurs simples et terre-à-terre pour rassureront. Mon monde est simple, sans prétentieux, sans ambition autre que de vous ressourcer et protéger.

main_terre.jpg

Je saurai vous nourrir ; près de moi, vous ne manquerez de rien, car je suis ici pour prendre soin de chacun d’entre vous. De moi, vous êtes tous issus, et en moi vous reviendrez tous un jour. Vous tirez de moi votre substance, vous vous nourrissez de mes productions, et un jour, vous me nourrirez en retour. Soyez sans crainte, je ferai bon usage de vos cendres, ce sont auprès d’elle que je trouve mes ressources. Par elles, vous ne mourrez jamais complètement, par elles, je permettrai à la Vie de se poursuivre. Car donner la vie est ma raison d’être, et vous êtes tous contributeurs et acteurs à la réalisation de ce grand Cycle.

 

Je suis là, stable, immuable et passive. Mais méfiez-vous malgré tout de moi, car sous mes airs doux, je ne suis pas sans défenses. Patiente, tenace, disponible, et dévouée à tous, j’ai pourtant mes limites. Et lorsqu’elles sont atteintes, au lieu d’un terrain souple, meuble et accueillant, vous pourrez bien un jour retrouver un puis sans fond, obscure, humide et stérile, plus profond que votre désespoir. Je pourrai gronder et me fissurer pour vous engloutir.    

                                                                          

Autour de moi s’agitent 10000 êtres. Tous à tour, ils s’enflamment ou s’étiolent, ils croissent avec fougue ou s’endorment. Je permets à chacun d’exister, et plus que cela, de coexister en harmonie. J’amortis les tensions, mieux je les fais miennes. J’absorbe et vis avec vous chacun de vos soucis. Lorsque vos émotions vous tiennent éveillés la nuit, c’est moi qui prends le relais, les alimente et les transforme en sourde inquiétude, je deviens ce petite vélo dans votre tête, cette rumination mentale qui vous tient au ventre.

 

Car c’est là que je me cache aussi : dans votre estomac, et dans votre rate. Normal, je vous nourris à tous les niveaux. Par la bouche, tout d’abord, je vous procure ces plaisirs doux et sucrés. Par moi, votre faim s’apaise. Une fois repus, vous pouvez exprimer ce que vous êtes. Vous êtes prêts à entrer dans l’action. Vous êtes libres de créer. Mais que la nourriture terrestre vienne à vous manquer, et vous vous affaiblissez bien vite ; en quelques jours à peine, vous pouvez disparaitre, et revenir à moi.

 

Les nourritures que je vous sers ne sont pas que terrestres. Les pensées, les idées, les sentiments, les émotions vous sont autant nécessaires pour exister que les céréales ou les fruits que je vous offre. Tout ce qui est immatériel alimente votre corps et votre cœur, votre élan vital. C’est ce qui vous anime, tout autant que le carburant physique, constitué par votre alimentation.

Veillez à vos nourritures immatérielles. Elles peuvent vous grandir, vous pousser à créer, à produire de belles choses. Mais elles peuvent aussi vous polluer, vous salir, pourrir vos jours et plus encore vos nuits. Car c’est à la faveur de l’obscurité que croissent vos inquiétudes. Et là, ces nourritures peuvent vous rester sur l’estomac, et vous mettre la rate à court-bouillon. C’est mon œuvre, et mon message d’avertissement pour vous : vous êtes-vous nourris avec justesse et conscience ? Vous êtes-vous goinfrés inconsidérément ? Je suis ce qui nourrit votre corps, pensez plus large que votre assiette, et même plus large que vos pensées. Vos actes vous nourrissent aussi. Là est ma force, je m’insinue partout, je suis omniprésente.

terre-ventre.jpg
Regardez autour de vous : dans l’espace, vous me trouverez au centre de chaque lieu, et toujours sous vos pieds. Dans le temps, je ponctue les saisons, je suis ce qui permet leur transition sans heurts. Sans moi, le Bois du printemps embraserait le Feu de l’été. Le froid du Métal d’automne figerait brutalement la nature. L’Eau de l’hiver l’emporterait. J’amortis. J’absorbe ce qui n’est plus nécessaire à un état, je le transforme et le transmet à son successeur.

 

 

N’oubliez pas, en prenant soin  de moi, c’est avant tout de vous que vous prenez soin. En me maltraitant, c’est avant tout à vous que vous nuisez. Et si vous me dévastez, je ne pourrais plus accueillir personne.

Je suis l’élément de transition et de transformation, et en cela, on pourrait me nommer le cinquième élément.

 

 

 

 

 

 

Agnès WALTER



15/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 236 autres membres